Bibliothèques-Présentation

Congrégation du Gd-St-Bernard / Bibliothèques

Bribes d'histoire des Bibliothèques

C'est en 812 qu'un monastère situé à Bourg-Saint-Pierre (VS) entre dans l'histoire documentée, et de manière peu glorieuse. En effet, à la suite d'un procès réglé par les missi dominici (juges itinérants du temps de Charlemagne), le monastère doit restituer à un tiers des terres dont l'abbé défunt avait pris possession. Cette information nous indique que cette maison religieuse était déjà bien implantée et structurée à cette date et pourrait donc remonter au huitième siècle. Malheureusement il est totalement détruit au milieu du dixième siècle par des incursions de Sarrasins: Il n'en reste aucun document, seules quelques parties de murs encore visibles près du cimetière de Bourg-Saint-Pierre.

Au dixième siècle, saint Bernard, archidiacre d'Aoste refonde ce monastère, mais cette fois au sommet du col du Mont-Joux. De cette époque, un seul fragment de parchemin nous est parvenu (AGSB 2565): écrit en minuscule caroline du onzième siècle, il contient le début de la légende de saint Nicolas de Myrrhe, céleste protecteur de l’hospice.

La première mention de livres se trouve dans les Actes du Chapitre de 1409, qui prend des dispositions relatives aux dépouilles des religieux, précisant que le bréviaire du défunt revient au prévôt, à moins qu’il n’appartienne à l’église. Les premiers catalogues de la bibliothèque, établis lors d’inventaires généraux de l’hospice, remontent aussi au quinzième siècle; ils ne contiennent presque que des textes à usage liturgique. Le premier, effectué en 1419 recense 30 codici manuscrits, dont 3 missels, 5 psautiers, 3 antiphonaires, 2 Bibles, ainsi que 5 codici non liturgiques qui servaient probablement aux lectures à table. Dès cette époque éclate un conflit, à savoir qui conservera les livres? l'hospice ou le supérieur général, le prévôt? Et c'est la bibliothèque du prévôt qui va recevoir les ouvrages. Au début du 18ème siècle, le prieur de l'hospice Ballalu explique qu'il n'y a pas à proprement parler de bibliothèque commune par le peu de cas que les religieux font de l’étude.

Le prévôt Louis Boniface sera l’homme du tournant non seulement pour l’observance religieuse mais aussi pour l’accroissement de la bibliothèque. Durant son long mandat de coadjuteur (1699-1724), puis son abbatiat (1724-1728), il va transférer une partie de sa bibliothèque à l'hospice et veiller à ce que la bibliothèque commune s'enrichisse progressivement d'ouvrages. Les inventaires complets ou partiels vont se succéder: 1716, 1725, 1754 (1383 volumes),1772, 1775 et 1776.

De nombreux ouvrages sont offerts par des passants et bienfaiteurs de l’hospice, anonymes ou célèbres, en remerciement de l’hospitalité, exercée gratuitement (jusque vers 1940). La bibliothèque va devenir une mine dans les diverses sciences naturelles car la curiosité scientifique de l'esprit des lumières va habiter l'esprit de plusieurs chanoines dont Murith (1742-1816), qui vont entreprendre des fouilles archéologiques, mettre sur pied des collections de monnaies, minéraux, coquillages, estampes, constituer des herbiers... et acheter les ouvrages qui vont avec leurs centres d'intérêt. A ce jour la bibliothèque historique de la Congrégation est une bibliothèque patrimoniale, c'est à dire que l'on y ajoute plus d'ouvrages, sauf ce qui concerne le Grand-Saint-Bernard (Bernardina). Elle dénombre environ 32'500 volumes répartis en 20'000 volumes dans la partie principale, 4'500 brochures et tirés à part et environ 8'000 numéros de périodiques.

L'histoire de la bibliothèque fait l'objet d'une étude plus développée dans le "Répertoire des fonds imprimés anciens de Suisse" (www.unizh.ch/). Elle est accompagnée d'une description détaillée du fonds ancien de l'hospice et de toutes les références nécessaires à une meilleure approche de la place de l'imprimé au sein de la Congrégation.

Chanoine Jean-Pierre Voutaz, juillet 2004


Contenu des bibliothèques

a. Bibliothèque historique de la Congrégation

La partie principale de la bibliothèque historique de la Congrégation comprend environ 20'000 volumes, répartis de la manière suivante:

- 20ème siècle : 6'850 vol.
- 19ème siècle : 8'960 vol.
- 18ème siècle : 2'460 vol.
- 17ème siècle : 980 vol.
- 16ème siècle : 190 vol.
- incunables (imprimés entre 1450 et 1500): 17 vol.
- sans date : 550 vol.
- manuscrits : 11 codices et de nombreux fragments

La bibliothèque contient autant d’ouvrages profanes (51%, philosophie y compris) que de livres traitant des divers aspects de la vie chrétienne (49% des volumes). Ses thèmes principaux sont l'histoire, la théologie catholique, la littérature, les sciences naturelles (botanique, entomologie, zoologie, ornithologie, minéralogie), les sciences appliquées (physique, arithmétique, chimie, astronomie), la géographie et les voyages, la philosophie, le droit (civil et canonique) et la liturgie.

b. Bibliothèque centrale de la Congrégation

Elle contient exclusivement des ouvrages traitant de l’histoire de la Congrégation, de la Mission et des bibliothèques historiques des cures desservies traditionnellement par les chanoines.