Archives du Grand-Saint-Bernard

Dossier personnel du chanoine
Barthélemy Favrat

AGSB 5438
1698, 25 novembre, St-Rémy/Aoste.
Lettre adressée par un chanoine régulier Favrat à un M. X., au sujet d'une lettre du prévôt et du prieur du St-Bernard, qui n'ont pas admis qu'il se présente. Difficulté de se rendre auprès de l'évêque du Valais. Il proteste de son dévouement au St-Bernard
Papier, double folio, 16.4 x 24.5 cm, français

1708 ?
Minute non signée d'une lettre dénonçant le crime et la vie scandaleuse de M Favrat à Martigny, ce qui était prévisible à sa nomination comme prieur.
Papier, 31.6 x 19.6 cm, français.

1708, 15 janvier, Meillerie.
Lettre du chanoine L. Boniface, coadjuteur au chanoine Favrat, prieur de Martigny, à Martigny. Le prieur du St-Bernard ayant dû revenir à Lens, le prévôt ne l'admettra pas, ni que "la Claudine" demeure encore chez Favrat, qui ne peut dire la messe sans sacrilège tant que cela durera à Martigny ou ailleurs
Papier, double folio, 13.3 x 18.7 cm, français.

1708, 15 juin, Sion
Lettre de l'évêque de Sion François-Joseph Supersaxo au prévôt du Gd-St-Bernard au sujet du prieur et curé de Martigny Bartholomeus Favrat, qui doit être corrigé. Il a déçu l'évêque qui l'avait soutenu. L'évêque envoie un fragment de lettre qu'il a reçu
Papier, double folio, 19.5 x 31.8 cm, latin.

1708, 30 - 31 août, Aoste.
Minutes de lettres entre B. Favrat et J.-Pierre Persod, prévôt St-Bernard : Favrat reconnaît ses torts, en particulier avec sa servante Claudine Cossenet, et en quittant sa cure au temps de Pâques, pour aller en France. Il demande de la discrétion et clémence et promet de s'amender. Le 30 août, Persod le met aux arrêts à St-Jacquême/Aoste. Le 31 août, il obtient pardon, à condition de jeûner au pain et à l'eau tous les vendredis pendant 3 ans, avec un rosaire à dire un jour de la semaine pendant 3 ans. Défense de quitter sa cure sans autorisation du coadjuteur et de prendre de servante sans autorisation écrite expresse. Il doit faire chaque année une retraite spirituelle dans une lieu qui lui sera indiqué. Sous peine on l'exporte à quelque "discipline au silice" de temps en temps. Sous peine de châtiment sévère, il ne doit pas récidiver dans ses fautes.
Cahier, 4 folios, 20.5 x 29.6 cm. français.