Archives du Grand-Saint-Bernard

Archives du Grand-Saint-Bernard

Dossier personnel du chanoine
Joseph-Nicolas Hubert

AGSB 5507
a) 1831, 14 septembre, Hospice du Gd-St-Bernard, église majeure, devant l'autel majeur de la Ste-Vierge-Marie de l'Assomption.
Josephus Nicolaus Hubert, novice émet ses voeux solennels et publics dans les mains du prévôt Benjaminus Filliez dont il baise les deux pouces sur les S. Evangiles.
Signatures du profès, du prévôt et des témoins Joseph Dandrès curé d'Etroubles et Josephus Augustinus Bors (Bois ?) curé de St-Rémy in Bogra ?
Papier, double folio, 21.1 x 33 cm, latin.
Au dos : 1831, Hubert Jos. Orsières.

b) 1840, 9 octobre, Simplon.
"Interrogations faites à M. Joseph-Nicolas Hubert, chanoine, économe au Simplon" : pourquoi son voyage de 18 jours à Sion en janvier 1840 ? Où-a-t-il pris l'argent pour cela ? Pourquoi est-il venu à Sierre en avril 1840, 4 jours, avec quelle permission ? Le 14 août pourquoi est-il parti sans permission, de l'hospice, disant au prieur Giroud, présent qu'il était autorisé à venir à Brigue ? A-t-il tenu chez lui une montre en or ? De qui l'avait-il et comment se l'est-il procurée ? N'a-t-il pas écrit dans les journaux ?
Papier, 27.4 x 26.5 cm, français.

c) 1862, 3 novembre, Bourg-St-Pierre.
Lettre du chanoine J.H. professeur au président de Bourg-St-Pierre. Le prévôt ne pouvant écrire en raison de la goutte aux mains, et vu l'opposition d'un grand nombre de gens du Bourg à la suppression de l'école supérieure par le conseil, Joseph Hubert doit rester à son poste comme par le passé, donc aujourd'hui après-midi.
Papier, 13.8 x 21.2 cm, français.

d) 1862, 17 novembre, Bourg-St-Pierre.
Minute de lettre non signée, mais de la main du même, à un confrère : le conseil (4 membres contre 3), poussé par une jeunesse turbulente, a convoqué une assemblée populaire pour trancher : doit-on renvoyer le professeur ou le conserver ? Le scrutin secret a été demandé par les "Garibaldiens", contre l'usage. Quelques votants voulant conserver l'école ont voté par erreur un oui. Liste de citoyens en cause. Description des troubles qui ont suivi (3 semaines d'orgies) : 41 voix contre 40 pour le maintien de l'école, et 5 abstentions. Pétition au prévôt. 7 élèves à l'école. Chansons contre les Jésuites. Vitres brisées chez le professeur, etc.
Non signé, mais de la main de J. Hubert.
Papier, double folio, 13.8 x 21.2 cm, français, avec adjonction entre les lignes.

e) 1862, 12 décembre, Bourg-St-Pierre.
Brouillon en minute de lettre adressée par le professeur J.-H. Hubert à son ami le comte de Courten, qui lui offre éventuellement un poste de recteur à Sierre. Hubert désire quitter l'âpreté du climat de Bourg-St-Pierre, vu son rhumatisme et autres misères : il veut quitter ce "fin fond de la Russie. Le prévôt ne semble pas le désirer à Martigny. Si de Courten ne veut pas de lui, rien ne sera changé dans leurs excellents rapports. Selon Tamini, il est recteur à Sierre 1863-1864.
Signé : J. Hubert.
Papier, 13.9 x 21.2 cm, français.

f) 1864, 25 janvier, selon le regeste. Sierre, le lundi.
Un confrère écrit pour décrire l'ensevelissement à Sierre, de Joseph-Nicolas Hubert : il y avait 3 bernardines [Métroz, Ribordy et Besse], M. Tornay, M. Gaillard, M. le prieur de Lens [Stanislas Darbellay]. Le clergé des environs est "arrivé en masse" ! : "le pauvre défunt n'a eu que l'extrême-onction. M. Darbellay s'est trouvé ici par hasard..." Après une longue séance chez M. Hubert, il se fia aux verbiages du fameux docteur Bonvin, qui le fit venir se coucher au moment où le malade aurait pu recevoir les sacrements. Hubert est mort d'un abcès. Quelques objets de la maigre succession. Messieurs de Courten se sont rendus immédiatement chez Monseigneur pour leur permettre de demander un recteur du St-Bernard mais il faut s'arranger avec le vieux recteur [de Courten]. - La Sainte tient le petit char et un cheval pour transporter le piano au Simplon. Honoraires de messes à dire, etc.
Signature illisible, texte daté : Sierre, le lundi, 10.30 du matin.
Papier, double folio, 13.6 x 21.3 cm, français. Au verso, date et regeste sommaire de M. Quaglia.
Le tout dans une chemisette portant : Hubert Joseph-Nicolas 1830.