Archives du Grand-Saint-Bernard

Archives du Grand-Saint-Bernard

Dossier personnel du chanoine
Pierre-Joseph Meilland

AGSB 5574
Pierre-Joseph Meilland

a) 1858, 14 septembre, Gd-St-Bernard.
Petrus Josephus Meilland, devant l'autel de l'église de l'Assomption de Marie, émet ses voeux simples dans les mains du prévôt Franciscus Benjaminus Filliez, dont il baise les deux pouces sur les S. Evangiles.
Signatures du profès, du prévôt et des témoins Maurice Gaillard et Fidèle Joris.
Papier, double folio, 23.6 x 37.5 cm, latin.
Au dos nom et date.

b) 1861, 12 septembre, Gd-St-Bernard.
Petrus Josephus Meilland, novice, émet ses voeux publics et solennels dans les mains du prieur claustral Petrus Ludovicus Gaillard délégué ad hoc par le prévôt François-Benjamin Filliez; il baise les deux pouces du prieur sur les S. Evangiles.
Signatures du profès, du prieur claustral Louis Gaillard et des témoins Louis-Ignace Arlettaz et Auguste Moret (Moraz ?)
Papier, double folio, 25 x 36 cm, latin.
Au dos nom et date.

1874-1885.
Correspondance et pièces d'état civil concernant les troubles mentaux de Petrus Josephus Meilland [probablement schizophrénie] :

c) 1874, 29 janvier, Sembrancher.
Réponse de Meilland à un ami : renseignement sur une religieuse qui serait la reine d'Angleterre et sur un M. Bazaine, qui serait empereur de Turquie. Conseils d'un M. Gentinetta, à suivre, etc.

d) 1874, janvier - 5 février, Sembrancher.
Lettre à un confrère : il s'agit d'un M. Gerlach, etc., du Pape Pie IX.

e) 1874, 9 février, St-Bernard.
Lettre du chanoine Roh au prévôt ? au sujet du triste état de M. Meilland, chapelain à Sembrancher : sa lettre à un M. Hess. - Nomination de Roh à la cure de Vouvry. - Etudiants. Envoi d'objets.

f) 1874, 16 septembre, Vouvry.
Lettre du chanoine Roh au prévôt : affaires concernant M. Meilland, qui a rencontré M. Pignat, et veut aller dans le canton de Vaud, chez les MM. Barman et à Genève, ce qu'il faut empêcher.

g) 1874, 23 décembre, St-Oyen.
Lettre de l'économe Carron au prévôt Deléglise, au sujet d'un article de presse de M. Meilland qui ne va pas mieux, mais se sent bien à St-Oyen, mais continue à déraisonner : il a enterré Pie IX au Simplon, et il porte l'anneau comme le pape, veut écrire à Mac-Mahon etc.

h) 1875, 26 janvier, St-Oyen.
Lettre de H. Carron au prévôt : il est heureux d'être déchargé de la cure de St-Oyen. Un jeune vicaire lui succédera. - L'état de M. Meilland n'empire pas : plus de lettres ni d'anneau etc.

i) 1875, 14 mars, St-Oyen.
Lettre de l'économe au prévôt : M. Meilland dit sa messe comme à son arrivée, et ne dit toujours pas l'oraison pour le pape. On ne parle guère de son cas au-dehors, etc.

j) 1875, 27 mai, Gd-St-Bernard.
Lettre d'E. Bruchez au prévôt : 2 voyageurs ont laissé de la dynamite ? dans leur chambre, le clavendier a été blessé mais continue de dire sa messe, toutefois sans l'oraison pour le pape. Il a été trouver le chanoine Marguerettaz, et voulait partir pour Rome : ce dernier l'en a empêché. - Nouvelle au sujet de 3 nouveaux prêtres.

k) 1875, 7 juin, St-Oyen.
"Meilland" écrit au prévôt Deléglise qu'il est surpris de son invitation, que c'est un temps de persécution, qu'il fait de son mieux, tâche de dire son Rosaire tous les jours.

l) [1875] 20 juin, St-Oyen.
Lettre de l'économe au prévôt : M. Meilland dit sa messe; on ne peut le raisonner. Il voulait voir l'évêque d'Aoste, qui était absent, et ne vit que le chanoine Marguerettaz : c'est lui qui évita son départ pour Rome. Il est calmé et le public ignore son état. - Nouvelles de M. Tavernier et du P. Laurent.

m) 1875, 1er juillet, Gd-St-Bernard.
Lettre de M. Bruchez au prévôt : M. Carron a retrouvé M. Meilland près de Nuss; des carabiniers l'on ramené de force : furieux, il parlait de se tuer, mais s'est calmé, est arrivé la veille, n'a plus cherché à dire la messe, mais veut aller à Rome. Il serait plus facile de le conduire à Turin qu'à Grenoble : il a des amis et connaissances à Turin etc.

n) 1875, 6 août, Gd-St-Bernard.
Lettre du même au prévôt : M. Meilland veut toujours partir à Rome, mais par la Suisse. Il réclame sans cesse l'autorisation du prévôt.
12 lettres dont 11 sur double folio, la dernière sur 1 folio, environ 13 x 21.5 cm, français.

o) 1875, 16 août, cure de Liddes.
Extrait d'état civil de la paroisse de Liddes, district d'Entremont, canton du Valais, diocèse de Sion, pour Meilland Pierre-Joseph, fils de Joseph-Emmanuel et de Marie-Victoire Darbellay, de Liddes, à Chardonne, né et baptisé à Liddes le 31 janvier 1838 ce même jour à 5 heures du soir. Parrain : Darbellay Pierre-Cyprien à Rive-Haute/Liddes, marraine : Exquis Marie-Catherine à Liddes-ville. Inscrit sur déclaration de Darbellay Pierre-Cyprien, 32 ans, le 31 janvier 1838.
Signé : Pellaud Etienne-Sébastien chanoine régulier, curé.
Certifié conforme à l'original à la cure de Liddes, le 16.08.1875, par Gaspard-Joseph Métroz, curé de la paroisse.
Timbre de la paroisse de Liddes.
Timbre du canton du Valais en relief et timbre fixe du Valais (20 centimes).
Papier, formule imprimée, 30.8 x 22 cm, français.
Au dos formule imprimée non remplie, pour le certificat des sceaux et signature du curé, par la chancellerie d'Etat.

p) 1875, 16 août, Liddes.
Certificat d'origine pour une personne non mariée, par le conseil bourgeoisial de Liddes, district d'Entremont/Valais, pour le chanoine Pierre-Joseph Meilland, fils de Joseph-Emmanuel Meilland et de Marie-Victoire Darbellay, âgé de 37 ans, taille 5 pieds 2 pouces, cheveux noirs, yeux châtains, nez et bouche ordinaires.
Signé : Jules Massard, président du conseil et Pierre Métroz, secrétaire.
Timbre de la commune de Liddes.
Papier, double folio, non légalisé par le préfet du district, ni par le Conseil d'Etat du Valais, et sans signature du porteur, formule imprimée aux armes du canton du Valais et à son timbre en relief, 22.2 x 34.7 cm, français.
Timbre fixe de 20 centimes.
Au dos titre imprimé et manuscrit, certificat d'origine de la commune de Liddes pour M. le chanoine Pierre-Joseph Meilland.

q) 1876 ? 11 juin, Domodossola.
Lettre du chevalier Rubini au Rme prévôt du St-Bernard : vaines recherches du chanoine Pierre-Joseph Meilland, qui s'est enfui de Martigny le 25 mai : il a dû passer à pied, par les cures. Il a avisé les autorités ecclésiastiques de Domodossola, Novare et Turin. Si le prévôt vient au Simplon, on attend sa visite à Domo. Participation à l'exposition de Paris. Belles récoltes à espérer à la campagne. Salutations à MM. Rosset, Meilland, prieur du Gd-St-Bernard etc.
Papier, double folio, 13.4 x 20.9 cm, italien.

r) 1876, 1er septembre, Lens.
Lettre du chanoine S. Darbellay au prévôt : M. Meilland lui a demandé l'hospitalité jusqu'à lundi, pour visiter l'évêché, les capucins, le grand-vicaire, à propos de la défense de célébrer la messe. Il a l'air calme et gai. Darbellay l'accompagnera jusqu'à Martigny etc.

s) 1876, 30 décembre, Liddes.
Lettre du chanoine Ribordy au prévôt : M. Meilland est-il à Martigny ? Il est parti ce matin de Chandonne où il est resté jusqu'à la mort de son frère. Son père a été administré, mais va mieux. Ses parents l'encouragent à rentrer à Martigny.

t) 1878, 30 septembre, Gd-St-Bernard.
Lettre du chanoine Carruzzo au prévôt. M. Meilland dit qu'il veut quitter le St-Bernard pour voir ses parents à Liddes; une surveillance lui ferait craindre que la maison ne prenne des mesures. Lettre au vicaire de Liddes pour qu'il ne le perde pas de vue.

u) 1878, 3 novembre, Martigny.
Le docteur Claivaz certifie que M. Pierre-Joseph Meilland chanoine du Gd-St-Bernard est atteint d'aliénation mentale depuis 5 ans, et doit être mis dans un établissement spécial.

v) 1879, 9 septembre.
Lettre de S. Darbellay, chanoine du Gd-St-Bernard, au prévôt. Demande pour Théodule Grat Rey pour son fils, le profès François, qui a besoin d'une attestation pour ne pas aller au service militaire. Maladie du vicaire, qui a eu besoin du médecin Jean-Baptiste Bonvin. - Meilland a fait apparition : pauvre Meilland !

w) 1881, 15 septembre, Simplon.
Télégramme adressé au prévôt signé : Angelin. Meilland est arrivé ici à 11 heures.
Signé : P. Closuit, télégraphiste.
Formule imprimée.

x) 1881, 22 octobre, Simplon, Hospice.
Lettre du chanoine C. Carron au prévôt : M. Meilland s'est échappé depuis lundi. Le prieur de Martigny n'a pas eu ce qu'on lui avait écrit. Il a télégraphié au Simplon pour le faire arrêter, puis à M. Picot; il a écrit à M. Gentinetta. Domo est averti, on ne l'a vu ni au Simplon ni à Iselle. Nouvelles du temps assez doux. P.S. un douanier a vu passer un prêtre à Iselle, avant que M. Picot ait été averti.

y) 1881, 14 décembre, Avignon.
Fr. Ed., archevêque d'Avignon avise l'évêque de Sion qu'un prêtre de son diocèse, Pierre-Joseph Meilland a demandé l'hospitalité au supérieur de son Grand Séminaire; aliéné, il veut aller à Rome pour être élu pape, avec autorisation de la police, il l'a fait conduire dans un asile d'aliénés. L'évêque de Sion veut-il payer sa pension (Fr. 1'080.- par an) à l'asile de Montdevergues ou venir le chercher, ou envoyer ce prêtre avec un conducteur à l'évêque ou à la famille ?
Double folio, en-tête imprimé.

z 1) 1881, 16 décembre, Sion.
L'évêque Adrien Jardinier envoie la précédente lettre au prévôt du Gd-St-Bernard : "M. Meilland va voir à Avignon si l'ancien château des papes est préparé et s'il est en état de le recevoir prochainement". Prière de répondre sans délai à l'archevêque d'Avignon, sans doute pour faire revenir le pauvre fuyard etc.
En-tête imprimé de l'évêché.

z 2) 1881, 19 décembre, Avignon.
Lettre de l'archevêque d'Avignon François-Edouard au prévôt du St-Bernard : il s'étonne que Meilland ait pu si longtemps courir "de côté et d'autre" sans accident; il est très doux et se laisse conduire avec docilité..." Puisqu'on veut le laisser à Montdevergues, il suivra son cas. Il ne réclame pas de frais, mais des prières pour les difficultés de son diocèse.
En-tête imprimé.

z 3) [1881].
Lettre de Meilland à ses parents, datée de l'asile des Vergues près d'Avignon : il a été arrêté en France à Avignon; il espère aller à Rome. "On le soigne suffisamment bien".
Signé : Lumen de Coelo, ma légende Callixte IV. P.M."
Le médecin en chef Compagnon note que ce "pensionnaire est toujours sous l'influence des mêmes idées délirantes", mais sa santé est excellente, comme son appétit. Adressé à Joseph-Emmanuel Meilland.

z 4) 1881, 28 décembre.
Asile de Montdevergues. Bulletin de santé de M. Meilland : son ancienne maladie mentale n'a aucune tendance à guérir. Docile, mais on ne peut le faire sortir de ses idées délirantes; il prétend être le vrai successeur de Pie IX et veut aller à Rome faire valoir ses droits, etc. Visa du directeur, après la lettre signée par le médecin-chef Compagnon. Note du directeur au sujet de vêtements et de la pension : "Meilland a été placé en 2ème classe du régime exceptionnel".
En-tête imprimé.

z 5) 1882, 1er octobre, Montdevergues/Vaucluse.
Bulletin de santé de M. Meilland : fréquents accès d'agitation, incohérences dans ses idées, désordre dans ses actes. il se déclare "être le pape Calixte IV, nommé en 1870 : hallucinations, il entend des voix, converse avec des êtres imaginaires". Sa santé physique est bonne.
Signature du médecin-adjoint. Le médecin-chef Compagnon précise que "parfois il se met en colère et se livre à des actes de violence". Visa du directeur.
En-tête imprimé.

z 6) 1882, 29 octobre, "Asile des Vergues".
Lettre de la main de Meilland, alias Pape dès le 27 janvier 1870, jour de la sépulture de Pie IX, "Lumen in coelo prédit par S. Malachie". Idées délirantes concernant sa famille : marié en 1856, il a de nombreux enfants en Ligurie, etc.
Signé : Calixte IV Pape.
P.S. sur ses titres, ses enfants etc.
Visa du médecin-chef.

z 7) 1882, 1er novembre, Montdevergues/Vaucluse.
Lettre accompagnant la précédente avec commentaire du médecin-chef Compagnon; visa du directeur (Cottary ?).
En-tête imprimé.

z 8) 1883, 1er janvier.
Bulletin de santé de M. Meilland, qui se prétend marié à la comtesse de Chambord Adèle Hesse, mais se dit aussi Calixte IV, et veut faire élever ses enfants par une servante. Il a fait remettre une lettre "trop folle pour être expédiée".
Mêmes signatures et visas.
Le directeur note que la facture est payée jusqu'au 31 mars 1883.

z 9) 1885, 31 mars.
"L'encyclique première de S. Père Calixte IV..." de la main de Meilland.
2 folios (4 pages) de sa main, avec visas du directeur et signature du médecin-chef.
"L'état mental est toujours le même", excitation pour des causes futiles, "affaiblissement progressif des facultés intellectuelles. La santé physique est bonne.
Mêmes signatures.
17 lettres dont 1 télégramme, format divers, max. 21.6 x 27 cm, en-têtes imprimés.
La maladie mentale de Pierre-Joseph Meilland donne lieu en tout à 30 lettres ou mensonges, plus un acte d'état civil et un certificat d'origine.