Archives du Grand-Saint-Bernard

Archives du Grand-Saint-Bernard

Dossier personnel d'
Antoine Mermoud, frère laïc

AGSB 5583
Antoine Mermoud, frère laïc

a) 1735, 22 juillet, église du monastère hôpital du Gd-St-Bernard de Mont-Joux, devant le maître-autel.
Antoine Mermoud, frère laïc, émet ses voeux solennels et publics dans les mains du prieur claustral François Michellod (autorisé par le pape pour recevoir sa profession religieuse), dont il baise les deux pouces sur les S. Evangiles.
Signatures du profès Antoine Mermoux, du prieur claustral, du chanoine infirmier Simon-Pierre Herbetta et des témoins : Hugues Bovent, novice; Antoine Mabilliard, novice; Jean-Nicolas Cavels, novice; Jaque Bastian, novice; Pierre-Joseph Pomey, de St-Maurice; Georges-François Dorsaz de Bourg-St-Pierre du Mont-Joux.
En foi de quoi ledit prieur a ordonné d'apposer ici le sceau du chapitre, plaqué sur papier.
Signé : Franciscus Hubertus Pinguin, chanoine régulier, chantre secrétaire.
Papier, double folio, 16.9 x 23.6 cm, français, latin.
Regeste au dos.

b) 1751, 5 janvier, Sion.
"Acte de réception" du pieux frère Antoine Mermoux à l'hôpital de St-Jean, de la ville de Sion.
1) le bourgmestre et le conseil, patrons de l'hôpital de Sion reçoivent le frère Antoine Mermoux dans leur hôpital, vu la permission et "démissoire" accordés à ce frère par le chapitre de St-Bernard du Mont-Joux.
2) ce frère sera entretenu, habillé et nourri comme au monastère-hôpital de St-Bernard, malade ou en santé, jusqu'à sa mort. En ce dernier cas, l'hôpital de Sion fera dire 50 messes, outre les funérailles convenables.
3) le frère observera ses voeux de religieux à l'hôpital de Sion, comme il est lié par son ordre et sa profession.
4) le frère s'oblige de "faire et travailler" en faveur de l'hôpital de Sion de la même manière qu'il l'a fait pour l'hospice du St-Bernard, "Tout avancement, profit et gain", qu'il fera ou procurera sera acquis à l'hôpital de Sion, sans réserve pour lui ni pour le monastère, ni action ni prétention.
5) les patrons établissent le frère comme économe de leur hôpital de Sion, lui remettent ainsi la "régie et économie" de tous les biens et revenus fixes et accidentels, avec les déboursés, aumônes et dépenses sous leur contrôle et sous celui du directeur établi ou à établir.
6) il sera remis au frère un inventaire des biens-fonds, droits, meubles et bestiaux. Il fera ses "annotations et comptes" pour informer les patrons des affaires de l'hôpital "pour son avancement et besoin".
7) le frère s'engage à ne pas quitter l'hôpital ni sa charge sans raison jugée juste par les patrons avec ses supérieurs. Les patrons s'engagent de même à ne pas agir contre cet acte sans raisons légitimes.
Acte fait en double à Sion le 05.01.1751, sur ordre des dits patrons, signé Jaque Charvet secrétaire.
Papier, double folio, 16.7 x 22.5 cm, français.
Regeste au dos avec No 2.

c) 1763, 5 décembre, Sion.
Lettre de l'administration de Sion au prévôt au sujet d'une décision de ce jour prise par le conseil de la bourgeoisie au sujet du frère Antoine Mermoud. Pour mieux soulager les pauvres de la ville et les "étrangers passants", il avait été établi "directeur spirituel, chef de cette maison naissante et avoir toute direction intérieure". On est satisfait de Mermoud pour "les ruraux et l'extérieur", qu'on a continué à lui confier, en le déchargeant de l'intérieur, qui requiert des qualités spéciales. Mais on a appris avec regret "le peu d'intelligence qui règne entre le rd directeur et le pieux frère Antoine". Il ne doit y avoir "qu'un chef auquel tous soient subordonnés" : or le frère Antoine ne voudrait dépendre que du conseil, et il persiste "dans une espèce d'antipathie". Le conseil s'est "donc vu obligé... de lui donner sa démission et ... un honoraire pour lui témoigner le contentement qu'on a eu jusqu'ici de sa conduite et du soin des ruraux". Cette démission est nécessaire pour l'avenir de l'institution etc.
Signature du secrétaire de Torrenté.
Papier, double folio, 18 x 23.9 cm, français.
Regeste au dos et un No 33.

d) 1763, 7 décembre, Sembrancher.
Lettre du prévôt Thévenoz qui remercie le secrétaire de Torrenté pour sa lettre au nom de la ville de Sion : il regrette que le frère Antoine Mermoud n'ait pas fait son possible pour mériter la bienveillance du conseil; il écrit à Mermoud qu'il doit rendre ses comptes très exactement, et se rendre à l'obéissance. Il prie la ville de Sion d'oublier ses fautes.
Papier, 18.2 x 23.7 cm, français.
Regeste au dos.

e) 1764, 6 février, Sion.
Lettre du secrétaire de Sion de Torrenté au prévôt : le bourgmestre et le conseil sont très satisfaits de l'exactitude et de la ponctualité des comptes fournis par le frère Antoine Mermoud, et sont peinés "de lui donner congé pour se rendre à l'obéissance". Après 13 ans de bons services, ils lui ont "assigné une rente à titre de pension de 12 écus" par an, sa vie durant. Et en remerciement pour la maison du Gd-St-Bernard, le bourgmestre Barberin, comme saunier, remettra à Martigny à la prévôté 6 sacs de sel.
Papier, double folio, 18.1 x 24 cm, français.
Regeste au dos.

f) 1764, 10 février.
Minute de la réponse du prévôt qui remercie la ville de Sion : Mermoud pourra faire son profit de la générosité de Sion, pourvu qu'il en use en religieux.
Remerciement aussi pour la maison.
Papier, double folio, 18.3 x 23.8 cm, français.
Le tout dans une chemisette de papier portant : Mermoux Antoine, 1731.