Archives du Grand-Saint-Bernard

Aperçu historique de la Congrégation des chanoines du Gd-St-Bernard


Déjà la Table de Peutinger, copie d'une carte géographique romaine du quatrième siècle, mentionne le nom " In Summo Pennino " entre la ville de Martigny et celle d'Aoste. Il s'agit du col du Mont-Joux, l'actuel col du Grand-Saint-Bernard (2473 m.), antique lien entre le Nord et le Sud des Alpes.
Des fouilles archéologiques entreprises sur ce col ont mis à jour de nombreuses monnaies gauloises déposées au pied d'un rocher sur lequel était vénéré Pen, divinité véragre des sommets. C'est ce dieu qui a donné son nom à tout le cirque des alpes environnantes, les Alpes pennines. Après la conquête romaine du Valais, vers 15 avant Jésus-Christ, l'empereur Claude fait construire un temple (11m 30 sur 7m 40) au dieu du lieu qu'il assimile sous le nom de Jupiter Pennin. A cet emplacement, les archéologues ont découvert de nombreux ex-voto de bronze, divers objets courants ainsi qu'une collection d'environ 2'000 pièces de monnaies romaines attestant ainsi un culte à Jupiter durant les premiers siècles de notre ère. Sous l'empereur Théodose, les cultes païens sont interdits au profit de la religion chrétienne qui s'établit définitivement dans l'Empire romain. Ces derniers sont ainsi abandonnés, puis oubliés.
Un long silence couvre la période des invasions barbares à l'ère carolingienne, puis quelques documents épars nous apprennent l'existence d'un monastère du Mont-Joux, situé à Bourg-Saint-Pierre : Vulgarius y était abbé aux alentours de 820. Vers l'an 900, sont mentionnés les marronniers, guides de montagne qui vont chaque jour de l'hiver à la rencontre des passants. Ils accompliront leur travail jusqu'au début du vingtième siècle, lorsque l'invention du téléphone consignera leur métier dans les encyclopédies. Le dixième siècle voit sombrer ce monastère, ravagé tour à tour par les invasions de Hongrois (924) puis de Sarrasins (vers 940). Vers l'an mil, Hugues II, évêque de Genève, fait rebâtir l'église de Bourg-Saint-Pierre. La sacristie et le clocher actuels datent de cette reconstruction.

Nous ne savons que peu de choses concernant saint Bernard de Menthon qui restaure le monastère du Mont-Joux au milieu du onzième siècle lorsqu'il fonde son hospice dédié à saint Nicolas de Myre. Les archives de l'hospice conservent un fragment de manuscrit du onzième siècle contenant le début de la légende de saint Nicolas (AGSB 2565). Si ce document a appartenu à saint Bernard, c'est l'unique rescapé de dix siècles d'histoire. Quant à saint Bernard, il est enterré à Novare le 15 juin 1081 ou 1086. D'après son squelette, analysé en 1965, il est mort vers l'âge de 60 ans, ce qui situe sa naissance vers 1020. Des constructions auxquelles il a travaillé, nous pouvons encore voir, dans les caves de l'hospice actuel, le rez-de-chaussée de son hospice (18 m sur 13,50 m) et la grotte dans laquelle il se retirait (1,80 m sur 1,25 m).
Les anciennes possessions du monastère de Mont-Joux semblent avoir été transférées à l'oeuvre de Bernard de Menthon dont la devise : " Hic Christus adoratur et pascitur " (ici le christ est adoré et nourri) exprime l'idéal évangélique. En effet, une communauté de chanoines réguliers chante l'office choral et sert son Seigneur dans ses frères qui franchissent le col du Mont-Joux. Ce service hivernal n'est pas exempt de dangers ; la mort sévit souvent. Le froid, la neige et les avalanches emportent des passants, et même les chanoines qui vont les secourir. Ainsi les voyageurs font de grandes dotations en reconnaissance du sauvetage de leurs vies. Comme cet hospice ne cesse de s'enrichir, la convoitise des puissants tente de s'en approprier les revenus.

Après des siècles d'expansion, la Congrégation va connaître une fin de Moyen-Âge troublée. Lors du Grand Schisme, la prévôté du Mont-Joux obtient une première fois le privilège de l'exemption de l'antipape Jean XXIII le 15 mars 1411 (AGSB 237), confirmée définitivement par Nicolas V le 17 avril 1453 (AGSB 254). Ainsi elle quitte la juridiction de l'évêque de Sion pour ne dépendre que du Saint-siège pour ce qui concerne son organisation interne. C'est un élément positif, manifestant une plus grande autonomie par rapport aux diocèses, mais c'est à double tranchant. En effet, le spectre de la commande menace l'église au 15ème siècle (des laïcs deviennent supérieurs de monastères pour tirer profit des revenus de ces derniers, laissant aux prieurs claustraux le soin desdits monastères), et le Saint-Bernard n'est pas exempt de ces soucis. En 1437, puis 1438, des nouvelles constitutions sont rédigées afin d'éviter la commende. Le résultat reste cependant peu concluant : Jean de Grolée est nommé premier prévôt commendataire par le pape Eugène IV, le 28 février 1437 (la commende durera jusqu'en 1586), tandis que les constitutions garantissant la liberté d'élection du prévôt par le chapitre conventuel sont promulguées le 15 mai 1438 (AGSB 694). Deux éléments politiques vont envenimer l'affaire :
1. Le dernier antipape de la chrétienté, Félix V (1439-1449), qui est aussi connu sous le nom d'Amédée VIII comte de Savoie, dépose la tiare en 1449 et reconnaît Nicolas V (1447-1455) comme Souverain Pontife légitime. En contrepartie, Sa Sainteté lui promet de le consulter pour repourvoir les grands bénéfices - évêchés et abbayes, dont le Saint-Bernard - qui deviendraient vacants sur l'étendue du territoire savoyard. Cette concession, aussi valide pour ses successeurs, est aussitôt interprétée comme un droit de nomination. (Le texte de ce privilège de Nicolas V est intégralement publié dans DUC J.-A., Histoire de l'Eglise d'Aoste. Tome 4, H. Leibzig Châtel-St-Denis 1909, p. 467-469).
2. Durant les guerres de Bourgogne, les Sept Dizains du Haut-Valais s'allient avec Berne, contre la duchesse Yolande de Savoie. Ils en profitent pour annexer définitivement le Bas-Valais lors de la bataille de la Planta du 13 novembre 1475. La maison de Savoie, ancien maître de ces terres, n'acceptera ce nouvel état de faits qu'en 1528, essayant cependant de conserver si ce n'est l'hospice du Grand-Saint-Bernard, du moins le contrôle de sa source d'eau potable, le problème de frontière ne sera résolu qu'en 1906 (AGSB 154 et AGSB Plan 13).

L'hospice devenu valaisan, certains chanoines commencent à contester la nomination de leur prévôt par les ducs de Savoie. Ainsi la congrégation finit par se diviser en deux clans : les constitutionnels, à majorité valaisanne et soutenus par l'évêque de Sion et le nonce de Lucerne, revendiquant la libre élection du prévôt par le chapitre claustral telle que le prévoient les constitutions de 1438, et les anticonstitutionnels, à majorité savoyarde soutenus par le prévôt et la cour de Savoie, qui légitiment la coutume. Avec cette dynamique, la Réforme passe presque inaperçue ; en 1536, Berne l'amène à Genève et sécularise les biens paroissiaux situés sur les actuels cantons de Vaud et de Genève (quelques ouvrages liturgiques à l'usage du diocèse de Genève ont été sauvés à cette occasion et amenés à l'hospice où ils y sont encore), respectant la ferme de Roche, grande écurie à chevaux de la Congrégation en raison de l'hospitalité exercée charitablement envers chaque homme, indépendamment de ses convictions religieuses. Bel exemple d'oecuménisme avant l'heure ! Avec le coadjuteur Boniface, au début du dix-huitième siècle, les constitutions sont éditées à deux reprises, en 1711 et en 1723, pour servir de modèle de vie. Ce début de stricte observance religieuse aggrave le conflit entre chanoines, finalement porté en cour romaine.

Au 18ème siècle, cette affaire trouvera une résolution radicale. En effet, comme les chanoines constitutionnels militaient depuis des siècles pour obtenir la libre élection de leur prévôt, ils finissent par obtenir satisfaction. Benoît XIV tranche le problème par la bulle " In Supereminenti ", du 19 août 1752 qui sécularise les chanoines et les biens de la Congrégation situés sur les Etats sardes. Avec beaucoup de peine la Congrégation survit à cette épreuve.

Contrairement à la majorité des ordres religieux du monde, la Révolution française ne ravage pas la petite congrégation des chanoines du Gd-St-Bernard. Au contraire, elle contribue à sa renommée. En effet, dans une Europe à feu et à sang, l'hospice devient un havre de paix et de gratuité, permettant aux exilés et aux soldats de faire une halte bienfaisante dans leurs itinéraires tourmentés. Ainsi les nombreux passants font des chiens du Grand-Saint-Bernard un symbole de la charité chrétienne qui est exercée sur le col du même nom. A la suite du passage de Bonaparte et de son armée de Réserve sur l'antique col, en mai 1800, Le Premier Consul signera le décret de fondation et de dotation de l'hospice du Simplon qu'il confiera aux mêmes chanoines.

Les Révolutions de 1848 sont particulièrement pénibles pour la Congrégation. Le prévôt Filliez (1830-1868), représentant le clergé à la diète y défend des opinions tranchées en faveur des privilèges du clergé dont il se fait l'apôtre virulent. Ses positions lui valent l'exil en Vallée d'Aoste - avec en prime une tentative d'assassinat durant sa fuite - ainsi que la sécularisation et la vente aux enchères des biens de la Congrégation, dont la ferme de Roche, perdue définitivement. Lorsque la raison finit par l'emporter sur la vengeance, les chanoines retrouvent une partie de leurs biens, avec une énorme dette de guerre à éponger.

Après plus de 12 siècles d'histoire et 950 ans après la fondation de l'hospice du Mont Joux par l'archidiacre Bernard de la cité d'Aoste, la Congrégation vit une période de mutations. En effet, les progrès technologiques qui ont facilité le transit des personnes et des marchandises au travers des Alpes, avec le percement du tunnel du Simplon (tunnel ferroviaire, 1906), puis de celui du Gd-St-Bernard (tunnel routier, 1964), la nécessité matérielle des hospice a disparu. De plus, en raison d'abus qui ont failli mettre la Congrégation en faillite, la gratuité de l'hospitalité a été supprimée vers 1940.
Aujourd'hui les hospices ne sont pas des maisons vides. En raison du stress de la vie du monde qui recherche le profit et la rentabilité, souvent au détriment de l'être humain, des hommes se mettent en route pour se ressourcer et fréquentent les hospices.
De plus, juridiquement parlant, la Congrégation ne se pense plus comme un unique monastère qui comprend des membres s'occupant de différentes oeuvres et travaillant pour le bien le l'hospice du Gd-St-Bernard, ce qui était le cas jusqu'en 1959, mais comme une Congrégation avec plusieurs oeuvres dont des hospices, des secteurs paroissiaux, une mission à Taïwan, une école d'agriculture à Aoste, un séminaire et une Maison pour le prévôt et les confrères âgés. Les constitutions sont en chantier pour refléter un idéal en mutation.


Eléments de bibliographie

Etudes historiques sur la Congrégation
DUC E.-P., La Maison du Grand-Saint-Bernard et ses très révérends prévôts, Imprimerie valdôtaine Aoste 2000(2) (édition anastatique de celle de 1898, mise à jour par Mgr Angelin Lovey).
QUAGLIA L., La Maison du Grand-Saint-Bernard des origines aux temps actuels, Pillet Martigny 1972(2) (première édition de 1955).
ZENHÄUSERN G., Le Grand-Saint-Bernard, in Helvetia Sacra IV.1 Les Ordres suivant la règle de Saint-Augustin, Les chanoines réguliers de Saint-Augustin en Valais, Helbing & Lichtenhahn Bâle et Francfort-sur-le Main 1997, p. 23-220.
ZENHÄUSERN G. & KALBERMATTER Ph., Appendice : Les dépendances du Grand-Saint-Bernard, in Helvetia Sacra IV.1 Les Ordres suivant la règle de Saint-Augustin, Les chanoines réguliers de Saint-Augustin en Valais, Helbing & Lichtenhahn Bâle et Francfort-sur-le Main 1997, p. 221-278.

Vie de S Bernard, archidiacre d'Aoste
DONNET A., Saint Bernard et les origines de l'hospice du Mont-Joux, Saint-Augustin Saint-Maurice 1942.
QUAGLIA L., Saint Bernard de Montjou d'après les documents liturgiques, Revue d'histoire ecclésiastique suisse 38 (1944), p. 1-32.
QUAGLIA L., Saint Bernard de Montjou patron des alpinistes, Imprimerie Valdôtaine Aoste 1995(2) (première édition de 1985).
JUDICA CORDIGLIA G., Saint Bernard et les restes de ses ossements en la cathédrale de Novare, Bulletin de l'Académie Saint-Anselme 65 (1970-71), p. 41-53.

Archéologie du col du Gd-St-Bernard
BERARD E., Appendice aux antiquités romaines et du Moyen Age dans la vallée d'Aoste, J.-B. Paravia et compagnie Turin 1888.
GEISER A., Grand-Saint-Bernard, les monnaies antiques, guide de l'exposition, Crédit Suisse Lausanne 1989.
WALSER G., Le temple de Jupiter au Grand-Saint-Bernard, Bulletin d'études préhistoriques alpines 18 (1986), p. 55-62.

Quelques monographies
BLONDEL L, L'hospice du Grand-Saint-Bernard. Etude archéologique, Vallesia 2 (1947), p. 19-44.
CUGNAC de (capitaine), Campagne de l'armée de Réserve en 1800. Tome 2 Marengo, R. Chapelot et Cie Paris 1901.
GATTLEN A., L'estampe topographique du Valais 1548-1850, Pillet Martigny / Rotten-Verlags AG Brigue 1987.
HUOT F., Bourg-Saint-Pierre (Saint-Pierre du Mont-Joux), in Helvetia Sacra III.1 Die Orden mit Benediktinerregel. Frühe Kloster, die Benediktiner und Benediktinerinnen in der Schweiz, Francke Verlag, Berne, 1986, p. 248-252.
MARQUIS M., Grand Saint Bernard. Chiens, Cani, Hunde, Dogs, Editions du Grand-Saint-Bernard Martigny 1988.
MURITH L.-J., Réponse de M. Murith, chanoine régulier, prieur de Martigni, aux questions que j'avois eu l'honneur de lui poser, in MANGOURIT M., Le Mont-Joux ou le Mont-Bernard, Cabinet et Salon de Lecture Boulevart Cérutti Paris 1802, p. 37-55.
QUAGLIA L. & GIROUD Ch., Les constitutions de la prévôté du Grand-Saint-Bernard, S.A.S.T.E. Turin 1956.
QUAGLIA L., Relation de la prévôté du Gd-Saint-Bernard avec les évêques diocésains, in Ordo canonicus, Confédération des chanoines réguliers Neustift 1986, p. 62-75.
RIVAZ P. (de), L'Hospice du Grand St-Bernard au XVIIIe siècle, Annales Valaisannes 2ème série (1940-1942), p. 327-329.
THURRE D., L'hospice de Grand-St-Bernard son église, son trésor, Société d'Histoire de l'Art en Suisse Berne 1994.

Chne Jean-Pierre Voutaz, 10 février 2004