Qui sommes-nous ?

 

« Hic Christus adoratur et pascitur
Ici le Christ est adoré et nourri»
Devise de l’Hospice du Grand Saint Bernard

 

Intuition initiale au service des pauvres

La Congrégation des Chanoines Réguliers du Grand-Saint-Bernard doit son origine à Bernard de Menthon, de Mont-Joux, d’Aoste ou des Alpes. Au service de l’évêque d’Aoste dont il devint l’archidiacre, il fut chargé du soin des pauvres ; il accueillait régulièrement de nombreux passants (pèlerins, marchands, soldats, ou simples voyageurs) qui venaient de franchir le col du Mont-Joux (Mont Jupiter), reliant le nord et le sud de l’Europe, et qui arrivaient en plaine blessés, dévalisés, à bout de force, encore sous le coup des épreuves de toutes sortes qu’ils avaient dû affronter : beaucoup de leurs compagnons y avaient même laissé leur vie.

L’Hospice, havre de paix

Situé à 2 473 mètres d’altitude, recouvert de neige sept mois par an, le passage du Mont-Joux était depuis toujours la hantise des voyageurs qui ne pouvaient choisir d’autres routes. Ému par l’exposition des voyageurs à tant de dangers, Bernard décide de construire une maison d’accueil sur le col lui-même, afin de les secourir plus efficacement. Désormais, la route passe par un havre de paix. La tradition populaire représentera Bernard en habit religieux, portant une étole, au moyen de laquelle il maintient le diable enchaîné.
Refuge du voyageur en péril, la maison d’accueil édifiée sur la montagne par Bernard portera dès lors le nom d’ »Hospice », et deviendra en même temps la demeure de Dieu par la vie de prière de ses habitants : « Ici, le Christ est adoré et nourri », est sa devise dès l’origine. Par ailleurs, Bernard confia son oeuvre à la protection de saint Nicolas de Myre, d’où l’appellation : « Congrégation des saints Nicolas et Bernard de Mont-Joux ».

 

Des religieux autour de Bernard

Une communauté de frères se regroupa autour de Bernard, engagée comme lui dans le ministère de secours sur la montagne et dans le ministère de la prédication. C’est ainsi que, très tôt, la petite communauté adopta la Règle de saint Augustin, se rattachant par là à l’ordre des Chanoines Réguliers et se vit confier la charge de desservir des paroisses de la région, sur les deux versants de la montagne.

Un charisme encore actuel

Aujourd’hui, la Congrégation riche d’une histoire bientôt millénaire perpétue l’intuition initiale de saint Bernard à travers l’accueil et le ministère pastoral en montagne et dans les paroisses. Chaque membre (chanoines, frères et oblates) s’efforce de vivre de ce charisme dans son lieu de vie dans l’esprit de la Règle de saint Augustin.

« Je crois que notre vie est toute entière à découvert sous vos yeux » 
Saint Augustin